© 2019 P4 Records

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
  • Black Instagram Icon
  • Black YouTube Icon
  • Google+ - Black Circle
  • Black MySpace Icon
  • SoundCloud Basic Black
  • p4button
  • YouTube - Black Circle

Biographie

        Il avait ça dans le sang, avec un père DJ et une mère cantatrice, la musique était inscrite dans ses gènes.  C’est donc baigné dans le disco, la new-wave, le funk, le hip hop, la pop ou le Top 50 des années 80 que le jeune Prodige a grandi. Très tôt, il se sent des prédispositions pour la musique. D’abord comme rappeur et compositeur puis comme DJ lorsqu’il officie derrière S-Kiv et surtout Alibi Montana, cette figure importante du rap français d’aujourd’hui parmi les rappeurs de son lycée à St Denis.

        Début 90’s, en pleine période New-Jack Swing, il donne une interprétation très personnelle de ce genre musical créé par l’une de ses idoles, Teddy Riley, qu’il nomme Hip Hop Jackee. Et avec son acolyte Da Vrxxx Soul, l’imposant producteur lance deux formations Kings du Swing dans lequel on retrouve la chanteuse Jalane et surtout le collectif R’Mada Vocale avec notamment K Special, Kayzo ou encore Matt Moerdock. Leurs performances attirent l’attention des Majors, intriguées par ce style complètement inédit en France. Néanmoins, les deux parties n’arrivent pas à trouver un terrain d’entente. Qu’à cela ne tienne ! Prodige poursuit son travail de beat maker et de producteur auprès d’artistes tels que Singuila ou Afro-Jazz et crée sa propre structure, P4 Records en 1996.

        Toutefois, les Majors n’en ont pas fini avec lui. Il est contacté pour remixer des pointures du Top 50 telles que Peter Kitsch ou Ophélie Winter. La liste est d’ailleurs assez longue. En 1999, l’homme de l’ombre décide de sortir de sa zone de confort en se jetant dans le vide. Il délivre son premier album solo P4U, rencontre des Caraïbes, du funk de Roger Troutman, l’une de ses plus grandes inspirations, et le R&B de l’époque et se retrouve pour la première fois seul sur scène. Salué par la critique et le public, cette œuvre l’impose comme l’un des Maîtres de la Talk Box, instrument simulant la voix.

        A défaut de signer dans une grande structure, il poursuit ses collaborations avec les majors. Et pour célébrer ses vingt ans en tant que talk boxer professionnel, il décide, en 2014 de revenir à son premier amour, le Funk en reprenant l’un des tubes de son Maître, Roger Troutman de Zapp, More Bounce To The Ounce. En forte rotation sur des chaînes musicales comme BBLACK, son clip s’inspirant de l’univers déjanté de South Park rend hommage aux artistes hype du moment et aux légendes du funk et du rap. Il y croise notamment Robin Thicke, Bruno Mars, Ciara, Beyoncé, Will i AM,  Daft Punk, Prince, William "Bootsy" Collins, Snoop Dogg ou George Clinton.

        L’année suivante paraît My Name Is P, un recueil de reprises funk et R&B à la talk box et de titres originaux d’une efficacité rare. L’impact de cet album est tel qu’il reçoit des félicitations venant du monde entier et même de proches de ses idoles, George Clinton et Roger Troutman. Le summum.

        Du haut de son mètre 91, l’ancien producteur de St Denis a décidé de donner suite à My Name Is P avec son nouvel opus intitulé très justement P 2.0. Le groove, le funk sont au rendez-vous. Et, comme l’illustre parfaitement l’un des premiers singles Nowhere (escapade du génial multi-instrumentiste dans le Minneapolis Sound de Prince), il renoue également avec ses anciens camarades de jeu comme Matt Moerdock et Da Vrxxx Soul, excellents sur Nowhere.

        Un album de Prodige ne serait pas un album de Prodige sans les traditionnelles reprises. Au programme :  I Wanna Be Your Lover de Prince, Easy Lover de Phil Collins & Philip Bailey,  Ain’Nobody de Rufus & Chaka-Khan, You Don’t Miss Your Water de Craig David, ou encore un More Bounce To The Ounce en mode Deep House/Lounge. Même s’il adore reprendre le travail de ses "Pères", Prodige n’en reste pas moins un grand compositeur comme le prouve Nowhere mais aussi le princier Forget This Girl, le swinguant Electric Boogie ou le laid-back Escort Girl.

        Loin d'être daté, P 2.0. s’inscrit dans l’air du temps. Un temps où la jeune génération de musiciens multiplie les hommages aux artistes légendaires du funk des années 80 et 90. P 2.0., un album funky qui fait du bien.


 

"un album funky qui fait du bien"

                                                             - Wesh/Da Niouz